Choix d’un tambour chamanique

Quelques éléments sont à prendre en considération lors du choix d’un tambour chamanique.tambour chamanique chouette

Les tambours que je fabrique  pour le voyage chamanique sont légers, leur son est profond et riche en harmoniques. Ne confondez pas la profondeur du son et le volume sonore. Un tambour chamanique pour le voyage est joué près de son cœur, il n’est pas destiné à être dans une fanfare et joue donc moins fort qu’un tambour pour la musique, même si cela reste discutable et variable selon la peau, le cadre et la taille (ma femme me dit toujours que lorsqu’elle joue en stage, le tambour joue presque trop fort pour son oreille sensible). Les tambours double peau pour thérapie que je propose, et les tambours réglables, ont un son très fort, qui se fait plus entendre en groupe.

La taille : La taille de votre tambour va directement influer sur sa sonorité. Plus le tambour sera grand plus le son sera grave, pour une même épaisseur de peau…Un tambour de moins de 30 cm est trop petit pour avoir un bon son…plus de 40 cm est trop grand et peu pratique à tenir pendant un voyage chamanique. Plus le tambour est grand, plus le son est grave et puissant. Ce sont des règles  de base, mais malgré tout il y a des variations selon les tambours, en particulier du fait de la peau.

La nature de la peau: Les peaux qui sont adaptées aux tambours chamaniques sont des peaux assez épaisses, qui produisent beaucoup d’harmoniques. De mon point de vue, la peau d’ un tambour chamanique est très différente de celle d’ un tambour sur cadre fait pour jouer de la musique. Le tambour pour la musique doit avoir un son  très net permettant de bien distinguer les frappes : il est la plupart du temps réalisé en peau de chèvre, ou de serpent (ou maintenant en peau synthétique), qui sont des peaux très fines. Le tambour chamanique doit donner un son riche en harmoniques, profond : il est réalisé avec des peaux plus épaisses (par exemple cerf, bison, élan) , et même si on peut jouer de la musique avec, on ne pourra pas obtenir des frappes sèches et très distinctes : ces tambours se jouent avec une mailloche et non avec les mains. Le tambour  pour le voyage chamanique n’a pas forcément besoin de jouer très fort, il ne s’agit pas d’un tambour de fanfare ou d’une grosse caisse de batterie. Ces tambours doivent faire vibrer le corps, pour un travail intime.

Chaque espèce animale a une peau offrant des caractéristiques bien spécifiques en terme d’épaisseur, de capacité de rétractation, de souplesse, ce qui amène des identités sonores différentes.
Chaque animal, au-delà de l’espèce, à une peau différentes des autres…chaque morceau de peau sur chaque animal est aussi unique. Chaque peau de tambour est donc parfaitement unique, surtout lorsqu’elle est préparée à la main (les machines normalisent l’épaisseur des peaux).
Je réalise principalement les tambours en peau de Cerf, Élan( Elk, Wapiti) et Bison. On ne peut pas dire qu’une espèce donne forcément un meilleur son que les autres  : elles sont toutes les trois différentes. Le choix est selon moi avant tout affaire de ressenti mais de mon point de vue rien ne surpasse le bison. C’est malheureusement la peau  la plus chère et la plus difficile à travailler. De ce fait peu de gens en proposent, pour ne pas se casser la tête.
Pour simplifier volontairement à l’extrême la différence de sonorité entre ces trois type de peaux, je dirais que le tambour en Cerf sera celui qui offrira la sonorité la plus claire, le tambour en Bison produira le son le plus grave, le plus puissant et  surtout le plus riche en harmoniques. Le tambour en Élan se trouvera à une position intermédiaire… Mais cela n’est pas toujours vrai, car chaque tambour est unique.

Pour un tambour de sweat lodge, seul le bison est possible, et il est important de sélectionner les peaux plus épaisses, car elles mettont plus de temps  à se détendre dans l’humidité de la hutte de sudation…(mais elles mettront aussi plus de temps à être retendues).

Aspect : la peau de cerf est  de couleur claire et d’une épaisseur fine à moyenne, présentant parfois des endroits translucides. La peau d’élan est également d’une épaisseur fine à  moyenne , de couleur claire à marron foncé, mais d’aspect plus mat, sans transparence. La peau de bison est la plus souple et la plus solide, de couleur variable allant d’un brun clair à noire, elle présente souvent  des transparences .

tambours chamaniques élan, cerf, bisonCette photo présente un échantillon de tambours avec des peaux différentes. (cliquer sur la photo pour la voir en grand)

En haut à gauche, en cours de réalisation(sans peinture) : tambour en élan, peau uniforme et opaque, assez claire.

Aigle et corbeau : tambours en peau de cerf (notez les différences possibles en terme de couleur et d’opacité).

A droite, lézard et Amazonie, deux tambours en peau de bison , l’une plus clair que l’autre, les deux translucides.

Son cadre : le cadre d’un tambour pour le voyage chamanique doit être réalisé pour magnifier les harmoniques produites par la peau. La peau ne doit pas être collée au cadre, et le cadre doit être suffisamment fin et étroit pour être léger et pour vibrer. Un tambour lourd est inadapté au voyage chamanique et a un son de casserole (fort et peu riche). Je propose quatre cadres actuellement : le cadre classique, le cadre réglable, le cadre pour tambour de sweat lodge (hutte de sudation / inipi) et enfin le cadre pour le tambour double peau.  Le cadre classique est le plus léger, il procure plus d’harmoniques mais joue moins fort que le cadre réglable qui est nécessairement plus lourd (donc plus fatigant à tenir), plus large et plus profond pour pouvoir contenir un système de tension de la peau. Le cadre réglable permet de pouvoir jouer du tambour quelle que soit la météo en ajustant la tension, ce qui est un avantage inestimable. Les cadres pour sweat lodge et tambour double peau sont également épais et lourds car ils doivent être très solides. Il y a donc des avantages et des inconvénients de chaque côté. Le tambour  double peau, lui, est à part, et plus destiné à la thérapie. Il n’est pas le mieux adapté au voyage  car moins facile à tenir en voyage, plus lourd, avec un son très fort. Le tambour pour sweat loodge a un cadre vernis avec un produit non toxique ( mes autres cadre  sont cirés avec une cire 100 % bio) pour mieux supporter l’humidité.

Sa Forme : Les formes ronde et ovale sont toutes aussi bonnes et adaptées l’une que l’autre. La forme n’influence pas le son du tambour.

Le son du tambour : il n’ y a pas deux tambours qui ont le même son. Même avec la même taille, le même cadre, le même type de peau, deux tambours n’auront pas le même son. Chaque tambour est unique et cela fait partie de ce qui me plait. Le son de votre tambour dépendra donc de nombreux éléments :  la vibration unique de sa peau, le cadre (fin ou plus épais, profond ou étroit, vibrant et léger, ou lourd comme les cadres industriels), la tension de la peau (et donc la météo), la mailloche que vous utiliserez, et encore plus important, la façon dont vous en jouerez.

Conseils de jeu :

Pour avoir participé à  de nombreux stages de chamanisme, j’ai pu constater que beaucoup de gens n’ont pas  spontanément le feeling pour battre le tambour. Il vous faudra donc apprendre à en jouer. Ne frappez pas le tambour en son centre, c’est là qu’il y a le moins de résonance. Frappez le à une distance intermédiaire entre le centre et le cadre. Ne le frappez pas violemment, et laissez la mailloche « rebondir » naturellement sur la peau. Ne prenez pas une mailloche trop grosse pour le tambour ou trop dure. Sachez que le volume sonore perçu dépend toujours de l’endroit où se trouve celui qui écoute, et de la salle où l’on joue (certaines salles étouffent le son, d’autres l’amplifient, certains matériaux de construction peuvent vibrer au son du tambour, etc). Le son du tambour avec les cadres classique ou réglable est au plus fort face au tambour ou derrière lui, et moindre sur les côtés. Le  son du tambour  est projeté parallèlement à la surface de sa peau. Pour le tambour double peau, le son est projeté un peu de tous les côtés, ce qui fait partie des caractéristiques que j’apprécie dans ce tambour.

Lorsque vous jouez de votre tambour chamanique, n’essayez pas d’obtenir tel ou tel effet, ou tel son, mais laissez progressivement le tambour jouer tout seul. C’est ce qui fait la magie du tambour chamanique :  à chaque fois le son et le rythme de jeu seront différents, selon le travail que vous réaliserez. Et c’est ainsi que vous pourrez l’entendre chanter (les harmoniques produites par un tambour avec un cadre léger et fin, peuvent créer des sons tels que des sons de chants, de flutes, de violon, pour celui qui sait écouter).

Comparatif de mes tambours de chamane

Voici un tableau comparatif de mes tambours. Sachez que tout cela reste très subjectif et que tout le monde n’a pas les mêmes goûts  ou critères de choix pour un tambour. Par exemple, pour la thérapie, certains veulent un tambour qui joue fort, et l’utilise comme un gong, en quelque sorte. D’autres veulent un tambour avec un son raffiné, riche, profond.

Caractéristiques
Poids (léger)Volume sonore (fort)Son riche Longueur du son (sustain)Tous tempsTransportableVoyage chamaniqueThérapie sonoreJeu en groupeUsage individuel
classique 35 cm*******************************
classique 40 cm********************************
réglable 40 cm******************************
double peau 40 cm****************************
sweat lodge 40 cm*****************************

Voir les choix de cadre

Voir le tambour réglable

Voir le tambour double peau

Voir le tambour pour sweatlodge (hutte de sudation /inipi)

Aller à la page « entretien du tambour »

Les commentaires sont fermés

  • Abonnez-vous à notre newsletter